Les prières à la Vierge

La Vierge de Pitié

Ce thème ne figure pas dans les Évangiles, car il est né bien après dans les couvents féminins de la région rhénane, où une forme de piété plus intimiste s’est développée.

Les premières représentations peintes du thème sont apparues dans des manuscrits du duc de Berry à la fin du XIVème siècle. Outre les premiers exemples allemands, les plus anciennes Vierges de pitié sculptées dans les archives du duc de Bourgogne, frère du précédent apparaissent en 1388. L’appellation « Vierge de Pitié » doit ainsi être préférée à celle de Pietà, puisque ce sujet n’est pas italien.

Après la Descente de Croix, le Christ mort repose sur les genoux de sa mère qui le pleure. Le fidèle est invité à s’associer à sa douleur pour ressentir de la compassion, c’est-à-dire, au sens premier du terme, à vivre la Passion du Christ, en s’identifiant sinon à lui du moins à ses proches. Cette lecture devait aider le fidèle à se rapprocher du Christ et à mieux préparer sa propre mort.