Saut vers haut de page

Toutes nos actus

Toulouse Cité Européenne de la Science

Le making and knowing project

Une collaboration scientifique inédite

Vue du salon rouge. Photo Jose Manuel HerradorExpérimentation de fonte d'une rose, 2015. Columbia University, New York. © The Making and Knowing Project, 2017. Photo by Lan A. Li
© Expérimentation de fonte d'une rose, 2015. Columbia University, New York.
En 2018, Toulouse est consacrée "Cité Européenne de la Science". L'occasion de (re)découvrir la ville sous un jour nouveau, sur les pas des grands chercheurs et inventeurs locaux, au fil de l'histoire de la science à Toulouse.
Pour cela, un projet de l'université Columbia de New York fait revivre un fascinant manuscrit de recettes techniques datant de la Renaissance.

 

 

Le "Projet faire et savoir" rassemble depuis 2014 une équipe d'étudiants, de praticiens (sculpteurs, restaurateurs, etc.), de chercheurs en sciences humaines et de spécialistes en sciences naturelles. Ensemble, ils ont retranscrit et traduit un manuscrit de la fin du xvie siècle écrit à Toulouse. Puis en laboratoire, ils ont expérimenté les différents procédés minutieusement décrits : moulage, fonte, techniques d'artificier…
Cet écrit anonyme donne un aperçu unique des techniques artisanales et artistiques de son temps. Il se distingue de tous les autres manuels connus par son absence de recettes conventionnelles, sa référence constante aux expériences de l'auteur, son observation approfondie du comportement animal et ses illustrations. Il s'agit sûrement d'un ensemble de notes de travail : les points techniques sont illustrés d'esquisses, les marges remplies de commentaires !
Extrait du recueil de recettes. Photo BNF
 
On perçoit l'intérêt de l'auteur pour l'imitation, par exemple lorsqu'il crée des roses en métal, et l'expérimentation, modifiant un matériau pour qu'il ressemble à un autre, le manipulant pour qu'il adopte des propriétés souvent opposées, transformant ainsi le brut en « impalpable », le maigre en gras ou les éléments issus de la terre en simulacres de gemmes.
La dernière phase du projet, qui devrait se terminer en 2019, sera la conception et le
développement de l'édition numérique du manuscrit traduit. À son tour, cette édition invitera le lecteur, grâce aux nouvelles annotations, commentaires d'expériences et ressources annexes (photos, vidéos), à explorer ce document unique, véritable porte d'entrée dans un atelier d'artiste du xvie siècle.
 
 

CONFÉRENCE

Pamela Smith, professeur d'histoire des sciences (Columbia University, New York) donnera une conférence à ce sujet le mercredi 11 juillet à l'Hôtel d'Assezat.

 


Saut vers haut de page