Saut vers haut de page

Vie des collections Vie des collections

Acquisitions récentes

Jules GARIPUY (Toulouse, 1817 - Toulouse, 1893), La Montée à l'ermitage du Divino Amore, 1846. Photo Daniel Martin
© Jules GARIPUY (Toulouse, 1817 - Toulouse, 1893), La Montée à l'ermitage du Divino Amore, 1846. Photo Daniel Martin

L'enrichissement des collections fait partie des missions du musée qui renforce les points forts ou comble les manques des collections au fil des années, afin de proposer au visiteur un panorama toujours plus complet de la peinture et de la sculpture à Toulouse, en France et en Europe.

 

 

 

 


Jules GARIPUY (Toulouse, 1817 - Toulouse, 1893), La Montée à l'ermitage du Divino Amore, 1846
 

Jules Garipuy, ancien directeur de l'Ecole des Beaux-Arts de Toulouse et directeur du musée des Augustins, est représenté au musée par sept tableaux qui illustrent diverses facettes de son art : la grande peinture d'histoire, la scène de genre intimiste, la mythologie, la peinture religieuse et la copie d'après les grands maîtres (L'Amour sacré et l'Amour profane du Titien ).

Ce tableau, fort différent,  a été réalisé soit à l'extrême fin de son séjour italien soit à son retour à Toulouse. Il témoigne d'une vision de paysagiste rendant avec sensibilité l'atmosphère lumineuse de la campagne romaine. Il dénote un intérêt presque ethnographique pour les costumes paysans pittoresques et bariolés. Le pèlerinage existe toujours dans un cadre qui s'est urbanisé. On voit sur le tableau la proximité de la coupole de Saint-Pierre.
 
Le tableau de Garipuy s'intégre aisément dans un parcours de paysagistes italianisants français de Valenciennes à Corot, représentés par des œuvres importantes de Bidauld, Bertin, Sarrazin de Belmont ou Giroux. Les acquisitions du paysage inachevé de Nicolas-Didier Boguet et du paysage historique de Jean-Charles-Joseph Rémond indiquent à quel point cette séquence historique est l'un des fils conducteurs de notre politique d'acquisition.