Saut vers haut de page

Sculptures Sculptures

Sculptures XVII - XVIIIe siècles

Marc Arcis, Le Prophète Elisée (détail) vers 1690, terre cuite, Inv. Ra 879 B
© Marc Arcis, Le Prophète Elisée (détail) vers 1690, terre cuite, Inv. Ra 879 B

Les voyageurs ont souvent été émerveillés devant la richesse du décor sculpté des églises toulousaines aux XVIIe et XVIIIe siècles. Si, aujourd'hui, de nombreux décors ont disparu, ce qui subsiste atteste le développement d'une école locale de sculpture sur bois comme en pierre et en terre cuite.

La tradition statuaire fut vivace au XVIIe siècle à Toulouse : la série des bustes de Marc Arcis exécutée pour le décor du Capitole de Toulouse, les grandes compositions baroques de Gervais Drouet, qui étudia près du Bernin à Rome, ou d'Ambroise Frédeau, moine augustin qui fut peintre et sculpteur. Parler d'un véritable âge d'or de la sculpture à Toulouse au XVIIe siècle, dans un contexte politique, social et religieux pourtant marqué par les réformes, les crises et les bouleversements, n'est pas exagéré. En témoignent les remarquables Prophètes de Marc Arcis réalisés pour la chapelle Notre-Dame du Mont-Carmel, commandés par Vandages de Malapeire et actuellement exposés dans l'église.

De la même manière, la sculpture du XVIIIe siècle est trop rare dans la présentation actuelle du musée : la collection renferme pourtant, hors les oeuvres de Houdon, Lemoyne ou Pajou (Saint François de Sales en prière) présentées en permanence, un bel ensemble de sculptures des Lucas, artistes toulousains.
 
 
 


Saut vers haut de page

Les collections Les collections

Le XVIIe siècle

Marc Arcis demeure le sculpteur le plus intéressant de cette époque. Né en 1652 dans le Tarn, formé auprès de Rivalz, le grand peintre du XVIIe siècle toulousain, il partit ensuite parfaire son art à Versailles, pour finalement revenir poursuivre sa carrière dans sa...

Le XVIIIe siècle

La sculpture du XVIIIe siècle est un peu le parent pauvre du musée des Augustins, par manque de place mais aussi parce que le siècle précédent et le suivant sont infiniment plus riches pour la sculpture toulousaine.