Saut vers haut de page

Sculptures Sculptures

Sculptures romanes

Le Voyage et l'Adoration des Mages, chapiteau de colonnes jumelles, entre 1130 et 1160
© Le Voyage et l'Adoration des Mages, chapiteau de colonnes jumelles, entre 1130 et 1160

La collection de sculpture romane du musée des Augustins est constituée essentiellement de vestiges provenant des trois édifices religieux les plus importants de Toulouse : le monastère de la Daurade, la collégiale Saint-Sernin et la cathédrale Saint-Étienne.

Le choix d'une vie communautaire pour les clercs (moines ou chanoines) chargés de desservir ces édifices religieux, entraîna la construction de bâtiments conventuels fonctionnels, organisés autour de grands cloîtres qui reçurent un décor sculpté plus ou moins élaboré.

Capitale d'un comté puissant et centre urbain alors en pleine expansion économique, politique et religieuse, Toulouse a joui aux XIe et XIIe siècles d'un contexte favorable à l'éclosion d'un art original. Sa qualité, sa diversité ainsi que son exceptionnelle longévité placent Toulouse parmi les centres majeurs de l'art roman. Les œuvres du musée des Augustins constituent ainsi des jalons fondamentaux pour l'histoire de la sculpture.

Si elles permettent de dresser un panorama très complet de l'évolution de la sculpture romane toulousaine tout au long du XIIe siècle, ces oeuvres sont aussi souvent les seuls vestiges de monuments aujourd'hui disparus, victimes de destructions dès le XVIIIe siècle (changement de goût) et surtout après la loi de nationalisation des biens de l'Église par la Révolution. La spéculation immobilière effrénée qui suivit, tout au long du XIXe siècle, défigura la ville de manière irréversible et valut alors à Toulouse le qualificatif peu glorieux de "patrie du vandalisme".

En dehors de ce parcours strictement consacré aux cloîtres toulousains, citons enfin quelques œuvres remarquables du Languedoc, telles que l'énigmatique Pilier de Narbonne, ou encore les chapiteaux provenant de l'abbaye de Saint-Pons de Thomières (Hérault).

Toutes ces sculptures sont datées grâce aux apports conjoints de l'histoire de l'art et de l'archéologie. Ceci explique l'utilisation de fourchettes de datation parfois assez larges. Ces datations peuvent subir des modifications, en fonction des résultats des dernières recherches en cours.
 


Saut vers haut de page

Les collections Les collections

Monastère de la Daurade


Les sculptures provenant du prieuré bénédictin de Notre-Dame de la Daurade représentent près de la moitié de la collection romane. Les bâtiments médiévaux furent détruits aux XVIIIème et XIXème siècles afin de faire place à l'édifice actuel de style...

Basilique Saint-Sernin


Joyau de l'art roman, la basilique Saint-Sernin s'élève à l'emplacement d'une ancienne basilique paléochrétienne, où était vénéré le tombeau de saint Saturnin. Le nouvel édifice, construit à partir des années 1070, est dû à l'impulsion de l'évêque Isarn,...

Cathédrale Saint-Etienne


La cathédrale a été entreprise dans les années 1070 par l'évêque réformateur Isarn, sur un site occupé dès la période antique. Du vaste quartier canonial qui bordait la cathédrale, ne subsistent plus aujourd'hui que quelques œuvres ayant échappé à la...