Peintures XIXe- début XXe

Suivant

INGRES, Jean-Auguste-Dominique

TU MARCELLUS ERIS

TU MARCELLUS ERIS
Date : 1811 : date de début d'exécution
Désignation : tableau
Domaine : Peinture
Matière : Toile
Technique : Peinture à l'huile
Dimensions (cm) : Largeur : 326 Hauteur : 307
Situation : Exposé
Salle : salon rouge
Numéro d'inventaire : RO 124

L'histoire de cette œuvre est des plus complexes. Commandée par le général Miollis, gouverneur français à Rome, pour sa résidence de la villa Aldobrandini, la peinture est revendue à Francesco Borghèse avant qu'Ingres lui-même ne la rachète en 1835. En 1868, la peinture entre au musée mais singulièrement ruinée. Peu avant sa mort, Ingres entreprend en effet d'en corriger certains aspects qui ne le satisfont pas mais laisse l'ensemble inachevé. Jean Pichon, un de ses élèves, en réintégrera finalement les parties manquantes alors même que la toile se trouve déjà aux Augustins.
La scène présente Virgile, sur la gauche, tenant le manuscrit de l'Enéide déroulé. L'Empereur Auguste et sa sœur Octavie lui font face. Cette dernière s'évanouit lorsque le poète prononce les mots de « Tu Marcellus eris », rappelant son fils mort assassiné. Enfin, assise à côté d'eux, voici Livie, épouse d'Auguste et probable commanditaire du meurtre.
L'influence du néo-classicisme de David – David, dont Ingres fut l'élève après avoir fréquenté l'Académie des beaux-arts de Toulouse- est ici particulièrement remarquable.
Les musées royaux des beaux-arts de Bruxelles conservent un tableau de même sujet et de composition très proche, peint par Ingres autour de 1820.

Panorama des œuvres