Saut vers haut de page

sculptures - XIXème - début xxème s.

Un sculpteur de la Troisième République

Alexandre Falguière, Henri de La Rochejaquelein, 1895, plâtre, Inv. Ra 957
© Alexandre Falguière, Henri de La Rochejaquelein, 1895, plâtre, Inv. Ra 957

 

Alexandre Falguière (1831-1900) : Un sculpteur majeur de la Troisième République


Comme beaucoup de villes, Toulouse fut largement marquée par le développement de la sculpture commémorative au XIXe siècle (cimetière de Terre Cabade, place Wilson, jardin Royal et jardin des Plantes).

Le décor sculpté des jardins a en grande partie disparu après 1940 (bronzes fondus par l'occupant allemand puis vandalisme), et un certain nombre de sculptures ont aujourd'hui été remplacées par des moulages. Ces œuvres sont dues à ce que l'on a appelé «le groupe des Toulousains» : Mercié, Marqueste, Ségoffin, Mengue et Seysses entre autres, formés pour la plupart à l'école des Beaux-arts à Paris par Alexandre Falguière (Balzac assis et Diane), leur chef de file. Bon nombre de ces sculptures de plein air sont aujourd'hui présentées à l'abri du musée.

Alexandre Falguière (1831–1900) est né à Toulouse. Son père, artisan ébéniste, le fit entrer à l'école des Beaux-arts. En 1853, il obtint une bourse municipale qui lui permit d'étudier la sculpture pendant trois ans à l'Ecole des Beaux-arts de Paris.
Très tôt, la IIIe République acheta des œuvres à Falguière ce qui lança sa carrière. En pleine époque d'engouement pour la statuaire, il reçut beaucoup de commandes des municipalités. Il s'intéressa à des personnages historiques tels que Henri de La Rochejaquelein (1772-1794), jeune général en chef des armées royalistes lors de l'insurrection vendéenne, mais aussi à des personnalités de son temps comme le Cardinal de Lavigerie, évêque d'Alger et fondateur de la congrégation des « Pères blancs », destinée à évangéliser l'Afrique. Il donna un portrait monumental de cet homme d'Eglise imposant, antiesclavagiste et républicain.

Alexandre Falguière, Le Cardinal Lavigerie, vers 1898, plâtre, Inv. RA 958
Alexandre Falguière,
Le Cardinal Lavigerie,
Vers 1898, plâtre. Inv. RA 958

À la porte de l'école, scène de genre naturaliste exposée à Paris au Salon de 1887 témoigne aussi de l'attention que Falguière a su porter à des sujets plus quotidiens, avec ici une famille modeste concernée par les nouvelles lois scolaires rendant l'instruction obligatoire pour tous.
À l'instar de nombreux sculpteurs du XIXe siècle, il maintint la tradition de sujets mythologiques, prétextes à des figures féminines isolées et dénudées comme Diane. Mais Falguière y imprima aussi un aspect naturaliste nouveau.
Artiste reconnu et couvert d'honneurs, il n'hésita pas à se confronter à Rodin, le plus grand sculpteur de son temps, en particulier dans sa maquette pour un Monument à Balzac, qui montre ce qu'il a retenu de son génial rival et néanmoins ami (voir aussi le portrait de Laurens par Rodin au Salon rouge).
 


Saut vers haut de page