Saut vers haut de page

Peintures

XVIIIe siècle - Peinture d'histoire

Louis-Jean-François LAGRENEE (Paris, 1725 - Paris, 1805), Coriolan chez les Volsques, avant 1764 - Inv. 2004 1 239 - Photo Daniel Martin
© Louis-Jean-François LAGRENEE (Paris, 1725 - Paris, 1805), Coriolan chez les Volsques, avant 1764 - Inv. 2004 1 239 - Photo Daniel Martin


La peinture d'histoire fut le genre majeur depuis la Renaissance jusqu'au triomphe de l'impressionnisme. Le salon blanc du musée permet de suivre son développement au cours de la seconde moitié du XVIIIème siècle.

Jean-François de Troy, l'un des acteurs les plus importants de l'histoire de la peinture française entre 1730 et 1750, réalisa La Mort de Créüse  et la Conquête de la Toison d'or alors qu'il était directeur de l'Académie de France à Rome. Il s'agit de deux cartons pour un cycle de tapisseries sur ce thème tiré des Métamorphoses d'Ovide.
Lagrenée peignit avec Coriolan chez les Volsques l'un des équivalents les plus proches de la peinture rococo en Italie. Le caractère exemplaire de l'histoire représentée ouvre la voie aux thèmes vertueux de la peinture néoclassique.
A partir de la découverte des ruines de Pompei et d'Herculanum, l'Europe entière s'était mise à la mode Antique. Les idéaux démocratiques pré-révolutionnaires s'appuyaient sur les actes des héros de l'histoire grecque et romaine.

Jean Bernard RESTOUT (Paris, 1732 - Paris, 1797), Diogène demandant l'aumône aux statues, 1765 - Inv. 2004 1 263 - Photo : Daniel MartinLe musée présente quelques uns des plus célèbres tableaux du néoclassicisme français avec son Bélisaire (un vieux général byzantin aveugle et nécessiteux recueilli par un de ses anciens soldats) ou Cornélie mère des Gracques (une mère romaine considère ses enfants comme sa plus grand richesse), deux tableaux de Peyron, l'un des grands rivaux de David. La sobriété et la solennité de la mise en page sont très représentatives de cette école.
L'histoire contemporaine n'est pas absente avec la Mort de Marat de Roques, icône révolutionnaire moins célèbre toutefois que la version qu'en donna David.


Jean Bernard RESTOUT (Paris, 1732 - Paris, 1797),
Diogène demandant l'aumône aux statues,
1765. Inv. 2004 1 263
Photo : Daniel Martin


Saut vers haut de page