Saut vers haut de page

Présentation de l'exposition

Du 4 octobre 2014 au 4 janvier 2015

Pourquoi Toulouse et Montréal ?

Exposition Benjamin-Constant

Toulouse, sa ville de formation - Montréal, sa carrière nord américaine

Toulouse, sa ville de formation

Quoi de plus naturel que de rapatrier Benjamin-Constant à Toulouse, le berceau familial et le lieu de sa formation ? C'est à Toulouse que ce Parisien de naissance a été élevé par ses tantes et qu'il a produit ses premières œuvres hésitantes pour les prix municipaux de peinture organisés par l'Ecole des beaux-arts. C'est pour cette ville que l'Etat acquiert le premier succès incontestable de l'artiste au Salon, L'Entrée de Mehmet II à Constantinople conservé au musée des Augustins.
C'est au Capitole, monument emblématique de la ville, que le peintre destina son décor monumental, le gigantesque tableau représentant L'Entrée d'Urbain II à Toulouse. Si le fonds d'atelier de l'artiste a été dispersé à sa mort, provoquant un éparpillement de sa production dans des mains privées, le musée des Augustins n'en possède pas moins l'ensemble le plus complet avec treize tableaux dont quatre entrés au cours des dix dernières années.

Montréal, sa carrière nord américaine

La présence de Benjamin-Constant est tout aussi évidente au Musée des beaux-arts de Montréal avec deux tableaux majeurs de son corpus : Un Soir sur les terrasses au Maroc et Le Lendemain d'une victoire à l'Alhambra figurent parmi les tableaux emblématiques du peintre, quand l'artiste prenait le paquebot pour rendre visite à ses collectionneurs américains et canadiens afin de les portraiturer.
Récemment, deux autres tableaux les ont rejoint sur les cimaises. Exposés en permanence, ils reçoivent un accueil toujours enthousiaste de la part du public. L'exposition a permis d'examiner en profondeur le rayonnement international et précoce de Benjamin-Constant en Amérique.

musée des Beaux-Arts de Montréal © interstude.com.


Saut vers haut de page