Saut vers haut de page

sculptures gothiques

Chapelle de Rieux

Maître de Rieux, Saint Paul, statue d'applique. Entre 1333 et 1344, calcaire, Inv. Ra 555C
© Maître de Rieux, Saint Paul, statue d'applique. Entre 1333 et 1344, calcaire, Inv. Ra 555C

 

Ce chapitre est un peu artificiel puisqu'il s'agit encore ici de sculpture funéraire, dans son développement le plus extensif cette fois ! Il ne s'agit plus d'un tombeau ou d'une croix mais d'une chapelle entière avec l'ensemble de son décor sculpté.

 

Fondée par Jean Tissandier, franciscain et évêque de Rieux-Volvestre (belle ville médiévale au sud de Toulouse) de 1324 à 1348, cette chapelle fut construite à l'est de la grande église du couvent des Cordeliers avec laquelle elle communiquait. Lieu de sépulture de Jean Tissandier et de ses frères franciscains, cette chapelle fut détruite au début du XIXe siècle. L'épitaphe de l'évêque de Rieux rapportait qu'il y ensevelissait ses frères de ses propres mains.

 

 

 

 

 

Maître de Rieux, Jean Tissendier, évêque de Rieux-Volvestre (1324-1348) figuré en donateur de la chapelle dite de Rieux (détail de la chapelle), statue. Entre 1333 et 1344. Calcaire polychrome. Inv. Ra 552

Maître de Rieux,
Jean Tissendier, évêque de Rieux-Volvestre (1324-1348)
figuré en donateur de la chapelle dite de Rieux
(détail de la chapelle)
statue,
Entre 1333 et 1344,
Calcaire polychrome
Inv. Ra 552


La maquette que porte l'effigie de Jean Tissendier, agenouillé en donateur, semble donner une image fidèle de l'architecture extérieure de la chapelle. Son décor intérieur demeure mal connu. Un groupe de statues entra au musée dès 1803. Plusieurs d'entre elles connurent alors d'obscures vicissitudes. En 1912, les statues exposées au musée étaient déjà rassemblées : les onze apôtres (dont quatre seulement sont identifiées avec certitude) plus Paul, trois saints franciscains (saint Antoine de Padoue, saint François d'Assise, saint Louis de Toulouse) et les deux figures, l'une gisante et l'autre en donateur, de Jean Tissandier. Deux autres éléments de cet ensemble, le Christ et la Vierge, sont aujourd'hui conservés au musée Bonnat de Bayonne.
Ce cycle de sculptures prouve la très grande vitalité de la création artistique à Toulouse avant la Grand peste de 1348 qui coûta la vie à Tissendier.
Malgré les troubles du temps (peste, guerre avec l'Angleterre…), l'art de la chapelle de Rieux connut des prolongements importants dans toute la région.


 


Saut vers haut de page